mardi 19 décembre 2017

Dieu vomit les tièdes?

On se souvient que des phrases sont affichées sur les murs de mon bureau, en très gros caractères.
Certains visiteurs croient que ces mots sont écrits pour eux, mais ils se trompent : ces monitions sont pour moi, d'abord pour moi, car dans cette entreprise de la recherche scientifique, il faut que je n'oublie pas des idées importantes.



"Dieu vomit les tièdes" : ici, c'est une phrase de la Bible qui est face à moi.

Évidemment, si elle figure ainsi, ce n'est pas pour des raisons religieuses, mais scientifiques.
Car  les sciences de la nature sont si belles que je ne peux même pas penser que nous puissions être tièdes (pour la science) et que nous devions être encouragés. Le grand Michael Faraday, qui manqua de peu de rester toute sa vie relieur, était immensément heureux de contribuer à la "philosophie naturelle". Il garda toute sa vie, pour les sciences de la nature, un enthousiasme d'enfant.

Ne nous complaisant jamais dans une tiédeur trop confortable, trop paresseuse, je ne vois vraiment plus pourquoi j'ai cette phrase en face de moi.
Une idée ?



















Vient de paraître aux Editions de la Nuée Bleue : Le terroir à toutes les sauces (un traité de la jovialité sous forme de roman, agrémenté de recettes de cuisine et de réflexions sur ce bonheur que nous construit la cuisine)