samedi 2 septembre 2017

La question des fautes d'orthographe



Bon élève, ne souffrant pas de dyslexie ni de disorthographie, j'ai quand même  (évidemment) fait des fautes d'orthographe. Pis encore, à mes débuts à la revue Pour la Science, alors que j'étais fier de l'orthographe qu'une passion pour la littérature m'avait donnée, depuis tant d'années, je me suis parfois fait reprendre du point de vue orthographique. Par exemple, pour le mot "échalote", que j'avais lu avec deux t, et que l'usage moderne écrivait avec un seul t. Ou pour des participes passés d'accord difficile (en écrivant tout cela, je tremble évidemment à l'idée de faire des fautes).

Bref, c'est en me souvenant de mes petites incuries que je vois les fautes d'orthographes des étudiants qui me font l'honneur de vouloir apprendre à mes côtés. Certains font l'effort de passer les correcteurs orthographiques, mais ces derniers laissent des fautes : si l'on veut parler de la mesure d'une surface, l'aire, le correcteur ne dépistera pas que l'on ait écrit "air".

Comment faire ? Je compte sur mes amis de la Toile pour des commentaires qui aideront nos jeunes amis... et moi même, puisque, même parfois quand je me relis abondamment, il reste des scories dans mes textes.