mercredi 5 août 2015

Juge et partie

Il en va des préceptes comme des proverbes : tout et son contraire. A "tel père tel fils" répond "A père avare fils prodigue", par exemple.

 Juge et partie : ce serait très mal ? Les déclarations de ce type méritent analyse. Surtout, ne peut-on imaginer un individu droit, intègre, qui, mis dans la position d'être juge alors qu'il est partie, exerce loyalement la position de juge ?

En sciences de la nature, en tout cas, nous sommes sans cesse dans cette double position. En tant que rapporteur d'article, en tant qu'évaluateur de projets, en tant que membre de commission de spécialistes... Le cercle est si petit qu'il est inévitable que nous soyons dans cette position, et il faut donc considérer que l'institution a  statué : les scientifiques sont (en moyenne) de si  "belles personnes" qu'on peut  les mettre en position d'être juge et partie. Bien sûr, il y a  cette proportion de gens moins droits que les autres, mais elle est de toute façon inévitable.

Alors, juge et partie. A nous de mériter la confiance que l'institution nous fait.