vendredi 15 février 2013

Un devoir d'optimisme

-->
Un devoir d'optimisme

Le pessimisme est une étrange maladie, et je la crains contagieuse. Luttons !


Tout fout le camp, ma bonne dame ! Le niveau baisse ! La vie chère ! On nous en veut ! Les nantis sont des salauds ! C'est un scandale !

Un tel enchaînement est nommé litanie, et une certaine presse voudrait nous faire croire que la bouteille est à moitié vide. Tiens, livrons-nous à un petit exercice : je vais prendre les actualités Google du jour :

Viande de cheval : l'inquiétude de 360 salariés de Spanghero
De nombreux blessés après la pluie de météorites en Russie
Affaire Pistorius
L'astéroïde va frôler la Terre
La vente de logements neufs en chute
Meutre de Chokri Belaïd
Etats Unis : les Républicains bloquent la nomination de Chuck Hagel
Islamisme. Manuel Valls et les « dizaines de Merah »
Le PS et l'UMP vont aux municipales à reculons
Valenciennes : un bébé dans un état critique, le père écroué
Mouvements sociaux
Croissance zéro

Déprimant, non ? Ne devrions-nous pas faire des procès aux journalistes qui se répandent ainsi en jérémiades (j'utilise le mot « répandent » volontairement) ?
Nous connaissons tous leurs « raisons » : il faudrait que la presse soit un contre-pouvoir (ah, ce goût terrible du pouvoir, qu'ont les imbéciles), et le journalisme rendrait service à la collectivité ; il aurait une « mission »... en remuant la vase (y penser un peu avant d'accepter l'idée).

Cela étant, réfléchissons. On dit de la presse qu'elle a une fonction d'information. Information ? Ce n'est pas nécessairement le plus nauséeux du monde, et l'on est en droit de se demander si faire le bonheur de son entourage n'est pas une nécessité plus impérieuse ?
Oui, le journaliste qui dénonce un scandale (un de plus, un chien écrasé...) n'est-il pas coupable d'entretenir la morosité ? Ne pourrions pas proposer un code déontologique inspiré de l'écrivain français Boris Vian, dont un personnage, le professeur Mangemanche, n'est poursuivi par la police que lorsque le nombre de gens qu'il tue devient supérieur au nombre de gens qu'il sauve ? De même, les journalistes ne devraient-ils pas avoir une sorte de table à deux colonnes, avec l'obligation (légale, j'insiste, avec des pénalités si la loi est enfreinte) d'avoir au moins autant de bon que de mauvais ?
Je me console :
  • en évitant soigneusement de lire ces torchons de mauvais augure
  • en pensant que les responsables de ces agissements s'aigrissent eux-mêmes, et qu'ils se confisent dans le vinaigre qu'ils pissent ensuite (merveilleuse notion de « pisse vinaigre », que nous devons à notre bon Rabelais).


Cela étant, soyons positifs... puisque la belle énergie que nous rayonnerons éclairera nos proches. Comment vivre, dans ce monde maussade ? En apprenant à voir la bouteille à moitié pleine. Oui, je sais qu'elle n'est ni pleine ni vide, mais je crois que c'est une affaire de politesse que de la voir publiquement pleine. Et puis, si nous l'avouons pleine, nous la verrons ainsi.

Nous avons un devoir d'apprendre l'optimisme ! Contrairement à une idée répandue, il ne s'agit pas d'être bon en mathématiques ou mauvais : il s'agit d'apprendre. Il ne s'agit pas de faire ou non des fautes d'orthographe, mais il s'agit d'apprendre à les éviter (si l'on a envie). Il ne s'agit pas...
Non, il ne s'agit pas d'être optimiste ou pessimiste, car cette attitude est paresseuse, coupablement fainéante. On est optimiste ? Tant mieux : on vit plus heureux. On est pessimiste ? Alors il faut faire l'effort d'apprendre, lentement, patiemment, laborieusement (étymologie : le travail).

Oui, nous ne « sommes » pas : à nous de travailler pour « devenir ».

Devenis optimiste ? Pour nos amis, pour nos proches, pour nos familles, pour nos collègues, il me semble que c'est à la fois un devoir (politesse) et un avantage : nos relations viendront-elles plus à nous si nous sourions ou si nous faisons la grimace ? La réponse est connue, et c'est donc notre avantage « matériel » d'être souriant, de faire bonne figure, d'être heureux. A nouveau, il ne s'agit pas d'être heureux, mais d'apprendre à l'être.

Ici, je m'arrête, car je risque de tomber dans la morale... qui ennuie. Une conclusion, lancinante comme vous voyez : nous avons un devoir d'optimisme !