samedi 16 juillet 2016

Nous sommes ce que nous faisons ; quel est ton agenda ?


Cette remarque m'est venue le jour où un journaliste est venu dîner à la maison. Nous étions assis l'un à coté de l'autre, pendant l'apéritif, et il m'a dit : «Hervé This, qui êtes-vous ? ».  Qui  étais-je ? Qui suis-je ?  Moi-même, bien sûr.  Mais il est sans doute symptomatique, caractéristique, que je lui ai aussi répondu, sans avoir aucunement connaissance des théories compagnonniques ou maçonniques, que j'étais ce que je faisais et que, en conséquence, j'allais lui  chercher mon agenda pour répondre à sa question.
Il me dit alors de ne rien en faire, mais comme je trouvais la chose amusante, j'allais effectivement chercher mon agenda, et je lui en lut le contenu en le commentant. Depuis ce jour, je suis convaincu que ma réponse était bonne.
Quelques mois plus tard, avec quelque mauvaise foi, j'ai trouvé une justification de ma réponse en la retrouvant dans un dicton alsacien (mir isch was mir macht), mais, plus récemment, alors que j'explorais sur Internet des idées qui m'étaient venues lors de la lecture des Etoiles de Compostelle, de Henri Vincenot, je tombais sur cette phrase compagnonnique et maçonnique : « Ce que tu fais te fais ». Elle dit environ la même chose… mais pas exactement. Or si  le libellé est différent, c'est que le contenu l'est aussi. Dans un cas, il y a  une interpellation, alors que dans ma version, plus proche du dicton alsacien, il y a ce collectif qui reconnaît que l'être humain est social. Il est bien rare que nous ayons nos activités dans l'isolement le plus complet.Quand nous faisons quelque chose, c'est en relation avec notre environnement.
Et même si nous comparions « Ce que je fais me fait » et « Ce que tu fais te fais », il y aurait encore des nuances, la première étant que le « tu » compagnonnique/maçonnique met l'individu face un autre individu, et un seul, alors que le « Ce que je fais me fait » est plus proche de mon idée, à savoir que j'ai une responsabilité vis-à-vis de moi-même et des autres.

En tout cas, le conseil initial de consulter l'agenda était bon : alors, sans aucune mauvaise foi, nous sommes mis face à notre propre activité, et nous voyons mieux qui nous sommes vraiment. Celui  qui aura passé du temps à chercher le pouvoir  sera un être de pouvoir ;  celui qui aura passé du temps à chercher de l'argent sera un être d'argent ; celui qui aura passé son temps à gagner sa vie sans chercher d'argent sera en survie, en quelque sorte ; celui qui aura rêvé sera un rêveur ; celui qui aura joué sera un joueur… Évidemment, dans les activités de tous, il y a des composantes d’administration, de communication et de travail, de sorte que nous serons une sorte de barycentre de ces composantes, mais le temps passé nous dit quand même qui nous sommes vraiment.