mardi 5 juillet 2016

Espiègle ou taquin ?

 Espièglerie ? Taquinerie ? Ironie ? Il faut vraiment faire la différence, et, comme souvent, le dictionnaire, et l'étymologie, sont des recours indispensables.

Par exemple, pour l'ironie, il s'agissait initialement d'une figure de rhétorique par laquelle on dit le contraire de ce qu'on veut faire comprendre. C'est ensuite, par extension, qu'est venue l'acception d'une moquerie sarcastique qui utilise, le ton ou l'attitude aidant, cette figure de style. Dire le contraire de ce que l'on veut faire comprendre, ce n'est pas "malin", pas agressif, comme on le prétend souvent aujourd'hui. Revenons au vrai sens des mots, au lieu d'y mettres nos lubies.

Taquinerie ? Cela semble anodin... mais est  taquin celui qui lésine sur la dépense ! C'est seulement plus tard qu'on a désigné par taquin celui qui prend plaisir à chicaner, querelles les autres ; qui s'amuse par jeu et malice à contrarier les autres en paroles ou en actes sur de petites choses pour les agacer, à les provoquer pour leur faire perdre leur calme. Revenons au vrai sens des mots.

Espièglerie, enfin ? Là, les sens convergent :  qui est vif et malicieux mais sans méchanceté ; ou qui est malicieu avec gentillesse.


Décidément, l'espiéglerie est une belle chose. Usons-en... avec modération, comme toujours.