samedi 11 novembre 2017

La pratique scientifique et la vie

On joue de la musique comme l'on est : c'est ce que montre à merveille la master classe de Benjamin Zander que l'on aura le bonheur de regarder sur  https://www.youtube.com/watch?v=6ScCGTLNbPo. Mais tout espoir n'est pas perdu, comme le montre le merveilleux exemple de Michael Faraday, dont l'entraînement à s'améliore l'esprit a contribué à le faire devenir l'un des plus superbes scientifiques de la nature de l'histoire de l'humanité. Faraday s'est "appliqué" à mettre en oeuvre les recommandations d'Isaac Watt, et c'est notamment ce qui lui a permis de devenir un extraordinaire conférencier, lui qui n'était qu'un timide orphelin.

Mais il faut ajouter ici ce proverbe alsacien : Mir isch was mir macht, nous sommes ce que nous faisons. Faisons, donc, et nous deviendrons au minimum ce que nous avons fait !

En musique, j'ai foi que le jeune homme que conseille Benjamin Zander dans la première partie de sa master class deviendra un remarquable musicien, s'il apprend à regarder pour qui il joue, à chercher le "niveau d'après", etc.


Mais j'en arrive maintenant à la teneur de mon billet, qui tiendra en une question : et s'il en allait de même avec la pratique scientifique ?