vendredi 15 septembre 2017

A propos de bonnes pratiques : L'écueil du cloisonnement, l'écueil de la dispersion



Dans la communauté scientifique, il y a des positions différentes, et l'une d'elle est particulièrement épineuse : la direction de thèses. Ici, je propose de discuter un tout petit aspect de cette charge.

Mais commençons par dire tout d'abord, et très énergiquement, que les doctorants ne sont pas étudiants, mais de jeunes scientifiques. Même si la thèse d'état ancienne, qui pouvait durer jusqu'à 15 ans, a été remodelée, réduite à trois seulement, il n'en reste pas moins que, de façon tout à fait réglementaire, les doctorants sont de jeunes scientifiques. Bien sûr, ils ont le droit d'étudier, comme n'importe qui, fut-il Michel Eugène Chevreul, président de l'Académie des sciences, et plus que centenaire. Bien sûr, on leur accorde une carte d'étudiant afin de leur faciliter l'existence, eu égard à leur salaire parfois modeste. Mais ils ont les droits et les devoirs des scientifiques, parce que ce sont de jeunes scientifiques. Ils sont responsables de leur propre production, ce qui justifie que leur directeur de thèse, qui n'est, lui, pas responsable de cette production, puisse figurer dans le jury de thèse, sans être juge et partie. Le directeur de thèse est là pour encadrer la thèse, dès la définition du sujet, par les moyens qu'il donne, que ces moyens soient matériels ou intellectuels, par l'enthousiasme contagieux qu'il distribue…
Mais cette position de direction de thèse, un peu décrite par les écoles doctorales ou par le ministère, notamment dans des « contrats d'encadrement de thèse », que s'engagent à accepter le directeur de thèse et le doctorant, met les directeur de thèse dans dans une position qui doit être intelligente. Le directeur de thèse n'est donc pas responsable du travail effectué, mais il ne peut guère échapper à un engagement de contribuer à aider le doctorant, matériellement et intellectuellement. L'aide matérielle est en réalité la plus simple à fournir : au fond, il s'agit de trouver des équipements que l'on a souvent déjà dans le laboratoire, du temps expérimental, des espaces de laboratoire, de bureau, des financements pour les consommables.
Mais c'est ici la question du soutien intellectuel qui me préoccupe, et plus particulièrement l'exemple que le directeur de thèse est censé donner. Bien sûr, le directeur de thèse devra montrer combien les bonnes pratiques sont importantes, combien le recours à des méthodes officielles ou validées s'imposent, combien les validations sont essentielles. Mais il n'y a pas que le travail local qui compte, il y a aussi l'ouverture au monde. La vie scientifique, c'est aussi être capable de partager, de s'entraider, afin d'arriver plus efficacement à agrandir le territoire du connu. Là, le réseau est essentiel, et c'est évidemment une bonne pratique que de se constituer un grand répertoire d'amis, c'est-à-dire de personnes qui partagent la passion pour la recherche de la connaissance.
Le directeur de thèse doit donc faire sortir le doctorant du laboratoire. Ce dernier doit apprendre à questionner les experts, qu'ils le fassent par une recherche bibliographique ou en allant dans des conférences, mais au-delà de ces sorties très codifiées et assez rares, il y a aussi toutes les interactions, plus faciles, qui se font par téléphone, par whatsap, par skype… Les doctorants doivent apprendre à joindre un futur ami par ces divers moyens, et cela passe par des règles simples, telles que ne pas croire que l'on atteindre une personne si on l'appelle une fois seulement ; ne pas croire qu'un correspondant répondra à un email, alors que, surtout si c'est un bon expert, il est harcelé par des emails ; ne pas croire qu'un message sur un répondeur suffira à susciter un rappel, car les scientifiques chevronnées manquent de secondes. Les doctorants devront apprendre à laisser plusieurs message, à passer par des secrétariats...
Bref, le directeur doit enseigner aux doctorants à sortir du laboratoire. Beaucoup.
Cet effet centrifuge a un avantage immense, qui est de ne pas laisser le doctorant avec les connaissances insuffisantes du laboratoire où il fait sa recherche. Cette bonne pratique des directeurs de thèse permet aux doctorants de voir des techniques, des méthodes, des idées, des théories, qu'ils n'auraient pas vues en restant au laboratoire. Et puis, il y a l'intérêt de se constituer un réseau, de s'insérer socialement dans le milieu scientifique.
Mais il faut de la mesure, car un doctorant qui serait sans cesse sorti du laboratoire n'y serait donc pas, de sorte que son travail de recherche en pâtirait. Il y a donc un juste équilibre à trouver entre le confinement et la dispersion, et c'est une des missions importantes du directeur de thèse que d'être capables de jeter une regard bienveillant sur l'activité des doctorants pour leur faire reconnaître un éventuel déséquilibre de ce point de vue.
Évidemment cela impose que les directeurs de recherche soient eux mêmes capables d'analyser leur propre activité, mais… au fait, pourquoi les directeurs de thèse ne demanderaient-ils pas à des amis d'avoir un regards sur leur propre activité, afin de commenter cet équilibre ?