vendredi 18 septembre 2015

Pauvres élèves de Terminale !

Dans un livre de terminale, à propos de résonance magnétique nucléaire, je lis  :
"Certains noyaux, comme le noyau 1H de l'atome d'hydrogène, sont sensibles à la présence d'un champ magnétique" : sensibles ? "Le phénomène est similaire avec les noyaux" : mais le texte vient de mentionner qu'on bouge l'aiguille à la main. Bougerait-on les spins à la main ? Non, bien sûr.
"Leur [pour les noyaux] propriété magnétique, analogue  à celle d'une aiguille aimantée, est orientée dans le même sans que le champ magnétique" : une propriété qui serait orientée ???
 "Dans un spectromètre, l'échantillon est soumis à un champ magnétique intense et est traversé par des ondes électromagnétiques" : comme description précise, on fait mieux !

Bref, j'invite nos auteurs à faire attention à ce qu'ils  écrivent, car je comprends, maintenant, pourquoi moi  étudiant, et les autres, ont parfois des difficultés de compréhension. Je passe sur le reste du chapitre, mais tout est du même tabac, à commencer par le fait que les "courbes d'intégration" arrivent dans les spectres comme de simples "marches". Ne serait-il pas plus clair de dire que l'aire sous les signaux est proportionnelle au nombre de proton, et que cette fameuse courbe d'intégration est le nombre de protons depuis la partie gauche du  spectre ? De toute façon, ce n'est pas cette courbe qui est importante, mais l'intégrale de chaque signal, soit encore l'aire sous chaque signal.

J'y pense : un pic est le sommet d'un signal, et non pas le signal. Si les mots étaient justes, nos amis auteurs penseraient mieux et enseigneraient donc mieux.

Pauvres élèves !