vendredi 11 avril 2014

N'écoutons pas les ignorants, entendons les experts !



C'est pénible, mais c'est ainsi : les “parents” doivent sans doute être dans une relation pédagogique avec les enfants, lesquels ne sont pas, ne peuvent pas être des amis... parce que la relation est faussée, en ce que l'on ne pourra pas faire que les enfants ne soient pas les enfants des parents.
De même, j'ai bien peur que les “experts”, ceux que certains nomment des “sachants” (je ne sais pas pourquoi), voire les savants, ne puissent avoir tout à fait le même statut, à propos de certaines questions techniques, que les non experts. Que cela soit “démocratique” ou non, 2 plus 2 font 4. Pour certaines questions, nos soucis d'égalité ou d'équité sont à laisser de côté. Inversement j'ajouterais volontiers que les experts ne sont experts que dans un domaine, un domaine technique particulier, et n'ont pas à se prononcer sur des sujets qui ne sont pas les leurs. Si nous faisions tous ainsi, j'ai foi que le brouhaha de la “place du marché” serait moins cacophonique.
Pourquoi dis-je cela ? Parce que je sors de plusieurs discussions à propos de la chimie avec des ignorants, qui ne savaient même pas ce qu'est une molécule, et prétendaient disputer de la chimie ! En réalité, le décodage de leur discours montrait la plus grande confusion entre la question politique (en gros, ils étaient opposés aux “multinationales”) et la question technique (quelle est la qualité des produits commercialisés par ces sociétés).
Je crois que nous devons être intellectuellement honnêtes, et que, si l'on a le droit de critiquer des façons de faire, il ne faut pas se tromper de combat. En tout cas, les deux questions, techniques et politiques, ne peuvent être mélangées... mais comment expliquer cela à des individus intellectuellement malhonnêtes, au point de confondre composés et molécules, en se moquant parfaitement de leur confusion ?