vendredi 25 février 2011

Juges et parties

Pardonnez-moi d'être un esprit lent, mais je viens de comprendre que le fameux "jugement par les pairs", qui semble être une règle intouchable en science (n'ayons pourtant pas peur de questionner les règles, sans quoi nous ferons des mesures, et pas de la science!) met les scientifiques en position difficile : ils sont juges et parties !

D'autre part, il semble bien difficile de faire évaluer des travaux par des non spécialistes, qui risquent de passer à côté de l'intérêt des travaux proposés.

Alors, que doit-on changer ?

- abandonner le principe selon lequel on ne doit pas être juge et partie ?
- abandonner le jugement par les pairs ?

Depuis que je pose la question, on m'oppose souvent la question "mais comment voudrais-tu faire autrement?"

Une question que je déteste, parce qu'elle voudrait bloquer toute réflexion, inventivité, en vue de résoudre le problème.

Ne soyons pas paresseux intellectuellement : passons un peu de temps à chercher des solutions admissibles!

Pesons trois fois : à l'attention de mes amis enseignants, de l'Ecole à l'Université!

Peser ? Cela semble simple, mais l'est-ce vraiment ?
La réponse est un "oui" puissant, parce que c'est un parti-pris que je propose de tout considérer comme simple a priori.
En revanche, je ne dis pas que tout s'apprend en claquant des doigts : il faut parfois de l'application, du temps.

Peser échapperait-il à la règle ? Je crois que non.
Et j'invite tous les enseignants à ne jamais laisser un étudiant peser une fois seulement, surtout si :
- la balance n'a pas été contrôlée récemment
- on n'a pas vérifié que la balance a été contrôlée
- on n'a pas vérifié l'horizontalité de l'appareil, à l'aide du niveau à bulle
- on n'a pas testé un "étalon secondaire", dont on connaît la masse

Cela étant, ces vérifications étant faites, une mesure unique n'est pas suffisante, parce que l'on sait que les instruments sont imprécis, et qu'il faut au minimum trois pesées du même objet (oui, cela peut être un liquide : les mesures de masse sont bien plus précises que les mesures de volume) pour avoir une idée de la qualité de la mesure.

Autrement dit, pesons toujours trois fois !

lundi 21 février 2011

L'Année internationale de la chimie


2011 est l'Année internationale de la chimie... et nos Ateliers Expérimentaux du Goût ont reçu le label de cette année :

Vive la chimie!

jeudi 17 février 2011

Il y a des choses trop sérieuses pour qu'on n'en rie pas!

J'emprunte le titre de ce billet à Niels Bohr, l'un des plus grands physiciens du XXe siècle.

Et, dans la même veine joyeuse, je vous invite à lire, relire, distribuer autour de vous (surtout dans les agences de financement de la recherche), ce merveilleux texte de Leo Szilard (que je traduis bien maladroitement : pardon)





"I have earned a very large sum of money," said Mr. Gable, turning to me," with very little work. An now I'm thinking of setting up a trust fund. I want to do something that will really contribute to the happiness of manking; but it's very difficult to know what to do with money. When Mr. Rosenblatt told me that you'd be here tonight I asked the mayor to invite me. I certainly would value your advice."
"Would you intend to do anything for the advancement of science?" I asked.
"No," Mark Gable said. "I believe scientific progress is too fast as it is.".
"I share your feeling about this point," I said with the fervor of conviction, "but then why not do something about the retardation of scientific progress?"
"That I would do very much like to do," Mark Gable said, "but how do I go about it?"
"Well," I said, "I think that shouldn't be very difficult. As a matter of fact, I think it would be quite easy. You could set up a foundation, with an annual endowment of thirty million dollars. Research workers in need of funds could apply for grants, if they could make out a convincing case. Have ten committes, each composed of twelve scientists, appointed to pass on these applications. Take the most active scientists out of the laboratory and make them members of these committees. And the very best men in the field should be appointed as chairmen at salaries of fifty thousand dollars each for the best scientific papiers of the year. This is just about all you would have to do. Your lawyers could easily prepare a charter for the foundation. As a matter of fact, any of the National Science Foundation bills which were introduced in the Seventy-ninth and Eightieth Congresses could perfectly well serve as a model."
"I think you had better explain to Mr. Gable why this foundation would in fact retard the progress of science," said the bespectacled young man sitting at the far end of the table, whose name I didn't get at the time of introduction.
"It should be obvious," I said. "First of all, the best scientists would be removed from their laboratories and kept busy on committes passing on applications for funds. Secondly, the scientific workers in need of funds would concentrate on problems which were considered promising and were pretty certain to lead to publishable results. For a few years there might be a great increase in scientific output; but by going after the obvious, pretty soon science would dry out. Science would become something like a parlor game. Some things would be considered interesting, others not. There would be fashions. Those who followed the fashion would get grants. Those who wouldn't would not, and pretty soon they would learn to follow the fashion, too."

Leo Szilard, The voice of dolphins, p. 99
Simon and Schuster, New York, 1961



"J'ai gagné beaucoup d'argent, dit Mr Gable, en travaillant très peu. Et je pense à créer une fondation. Je veux faire quelque chose qui contribuerait au bonheur de l'humanité ; mais cest très difficile de savoir quoi faire avec l'argent. Quand Mr Rosenblatt m'a dit que vous seriez ici ce soir, j'ai demandé au maire de m'inviter. J'aimerai avoir votre avis."
" Vous voulez faire quelque chose pour l'avancement des sciences ?", demandai-je.
"Non, dit Mark Gable, je pense que les sciences progressvent trop vite."
"Je suis d'accord avec vous, dis-je d'un ton convaincu. Alors pourquoi ne pas faire quelque chose pour ralentir le progrès scientifique ?
"Ca, j'aimerait beaucoup, dit Mark Gable, mais comment faire ?
- Cela ne devrait pas être très difficile. Ou plutôt, je crois que c'est trsè simple. Vous feriez une fondation, avec une dotation annuelle de 30 millions de dollars. Les scientifiques ayant besoin d'argent pour leur travaux pourraient faire des demandes, acceptées à condition qu'elles soient suffisamment argumentées. Créez dix comités, chacun composés de douze scientifiques, et qui seraient payés pour évaluer les demandes. Sortez ainsi les scientifiques les plus actifs de leur laboratoire, et nommez-les à ces comités. Et les meilleurs seraient présidents, avec des salaires de cinquante mille dollars, attribués aux meilleurs articles de l'année. C'est tout. Vos avocats n'auront pas de difficulté à créer la chose. D'ailleurs, le travail est fait, puisque les documents du Fond américain pour la science des années soixante-dix et quatre vingt pourraient facilement servir de modèle.
- Et pourquoi cette fondation ralentirait-elle le progrès des sciences, demandaa un jeune homme à lunettes assis au bout de la table et dont le nom m'avait échappé, quand on me l'avait présenté?
- C'est évident, dis-je. Tout d'abord, les meilleurs scientifiques seraient sortis de leur laboratoire, et occupés à examiner les dossiers. Ensuite les scientifiques en mal de fonds se concentreraient sur des questions qui seraient considérées comme prometteuses, et certaines de conduire à des résultats publiables. Pendant quelques années, la production scientifique augmenterait, mais après l'épuisement des questions évidentes, la science s'assécherait. Elle deviendrait une sorte de café du commerce. Certaines questions seraient considérées comme intéressantes, et d'autres non. Il y aurait des modes. Ceux qui suivraient la mode obtiendraient des financements. Les autres non, de sorte que rapidement, ils se mettraient également à suivre la mode."

mercredi 16 février 2011

Pardonnez mon sourire

Avis médical :
Enfin un bon médecin !


Question: Docteur, j'ai entendu dire que les exercices cardiovasculaires pouvaient prolonger la vie, est-ce vrai ?
Réponse: Votre cœur est bon pour un nombre donné de battements, c'est tout ... Ne les gaspillez pas en exercices ! Tout s'arrête un jour. Faire battre votre cœur plus vite n'allongera pas votre vie ; c'est comme dire que l'on pourrait allonger la vie d'une auto en la conduisant plus vite ! Vous voulez vivre plus longtemps ? Faites une sieste !


Q: Doit-on restreindre la viande et manger plus de fruits et de légumes ?
R: Vous devez vous en tenir à la logique ! Que mange une vache ? Du foin et du maïs ! Que sont-ils ? Des végétaux ! Donc, un steak, n'est rien de plus qu'un mécanisme efficace de transfert de végétaux à votre organisme ! Vous voulez des grains de céréales ? Mangez du poulet ! Une côtelette de porc vous donnera l'équivalent de 100 % de la dose quotidienne recommandée de légumes !


Q: Devrais-je réduire ma consommation d'alcool ?
R: Non, pas du tout. Les vins et la plupart des alcools sont faits à partir de fruits. Le brandy est du vin distillé, c'est-à-dire qu'il y a moins d'au que dans la baie de raisin, donc vous en retirerez encore plus de bienfait. La bière est également fabriquée à partie de grains. Ne vous en privez pas !


Q: Comment calcule-t-on le ratio de graisse dans le corps ?
R: Bien, vous avez un corps et de la graisse, le ratio est de un pour un. Si vous avez l'équivalent de deux corps, le ratio est de deux pour un, etc.


Q: Quels sont les intérêts des programmes réguliers d'exercices physiques ?
R: Je n'en vois aucun, désolé.. Ma philosophie est : Pas de douleur .... Quel bonheur !


Q: Les fritures ne sont-elles pas mauvaises pour nous ?
R: VOUS N'ÉCOUTEZ PAS !!! ... Aujourd'hui, les aliments sont frits dans l'huile végétale. Ils en sont donc imprégnés, alors comment voulez-vous qu'absorber plus de végétaux soit dommageable pour vous ?


Q: Est-ce que les abdos peuvent aider à prévenir contre un éventuel épaississement du tour de taille ?
R: Définitivement pas ! Quand vous exercez un muscle, il devient plus gros. Vous ne devriez donc faire des abdominaux que si vous voulez un plus gros tour de taille !


Q: Est-ce que le chocolat est mauvais pour moi ?
R: Êtes-vous fou ? Les fèves de cacao : un autre végétal !!! De plus, c'est l'aliment anti-déprime par excellence !


Q: Est-ce que la natation est bonne pour la silhouette?
R: Si la natation était bonne pour la silhouette, expliquez-moi la taille des baleines ?


Q: Est-ce qu'être en forme est important pour ma santé ?
R: Bien sur ! Et 'rond' est une forme comme une autre !



Pour tous ceux qui surveillent ce qu'ils mangent, voici le mot de la fin sur la nutrition et la santé ! Quel soulagement de connaître enfin la vérité après toutes ces études contradictoires :

1. Les Japonnais mangent peu de gras, boivent du saké et souffrent moins d'attaques cardiaques que les Américains !

2. Les Mexicains mangent beaucoup de gras, boivent de la Téquila et souffrent moins d'attaques cardiaques que les Américains !

3. Les Chinois boivent très peu de vin rouge (on ne sait pas ce qu'ils mangent) et souffrent moins d'attaques cardiaques que les Américains !

4. Les Italiens boivent beaucoup de vin rouge, mangent des pâtes aux œufs et souffrent moins d'attaques cardiaques que les Américains !

5. Les Allemands boivent beaucoup de bière, mangent beaucoup de saucisses et de gras et souffrent moins d'attaques cardiaques que les Américains !

6. Les Hollandais mangent beaucoup de beurre et de fromage gras et souffrent moins d'attaque cardiaques que les Américains

7. Les Belges mangent plein de frites à la mayonnaise en buvant du Moselle-cassis et souffrent moins d'attaques cardiaques que les Américains.

8. Les Espagnols mangent beaucoup de mouton bien gras et des tapas à l'huile et souffrent moins d'attaques cardiaques que les Américains.

9. Les Polonais boivent beaucoup plus, mangent beaucoup moins et souffrent moins d'attaques cardiaques que les Américains.

10. Les Français mangent et boivent un cumul de tout ce qui précède et souffrent moins d'attaques cardiaques que les Américains.

CONCLUSION :
Mangez et buvez tout ce que vous avez envie.

ET SOUVENEZ-VOUS :
"La vie ne devrait pas être un long voyage vers la tombe avec l'intention d'y arriver en toute sécurité dans un corps beau et préservé. La vie devrait plutôt constamment déraper - un Chardonnay dans une main - du chocolat dans l'autre -
On devrait toujours en profiter pleinement et finalement arriver au bout du voyage, le corps usé jusqu'à la corde, et pouvoir s'écrier dans un dernier souffle : 'Ah! C'était une belle aventure, un beau voyage !"



Moralité : Le vin d'ici est meilleur que l' eau-delà.

dimanche 13 février 2011

Une idée qui vient de loin

J'en ai assez d'être mis par les circonstances en position négative, même si j'espère toujours que du positif en naîtra.
Allons, ne boudons pas le plaisir de la citation suivante de Tacite, dans sa Germania : la réconciliation des ennemis, l'alliance des familles, la paix se traitent dans des festins ; "Sans doute, parce qu'il n'est pas de moment où les esprits soient plus ouverts aux inspirations de la franchise et à l'enthousiasme de la gloire".

Des causes et des effets

On m'interroge sur l' "engouement croissant des Français pour la cuisine".

Engouement croissant, vraiment ? Il y a une dizaine d'années, les femmes, dans les trains de banlieue que je fréquente, lisaient -c'est une impression- plus de recettes de cuisine qu'aujourd'hui. Et le nombre de magazines culinaires a diminué.
Parallèlement, la télévision s'est emparée de la chose, mais ne s'est-elle pas emparé de toute nos vies, depuis qu'il y a des chaines spécialisées sur le voyage, le sport, la mode, la cuisine (mais pas la science, sauf de façon confidentielle!)... Bref, y-a-t-il vraiment l'engouement pour la cuisine est-il nouveau ?

Je propose de retenir deux citations essentielles :

1. Cicéron : "Tout homme qui ne connaît que sa génération est un enfant".

2. Fontenelle : "Assurons-nous bien du fait avant que de nous inquiéter de la cause. Il est vrai que cette méthode est bien lente pour la plupart des gens qui courent naturellement à la cause, et passent par-dessus la vérité du fait ; mais enfin nous éviterons le ridicule d'avoir trouvé la cause de ce qui n'est point". (Dissertation1, chap 4)

jeudi 10 février 2011

Pas d'accord et parfaitement d'accord

Ce livre, La cuisine au pays de Brillat-Savarin, contient un chapitre intitulé "La science culinaire", où l'on retrouve la citation du président à la Cour de cassation Henrion de Pansey :

"je ne regarderai point les sciences comme suffisamment honorées, ni convenablement représentées, tant qu'un cuisinier ne siégera pas à la première classe de l'Institut".


Pardonnez moi : je suis très opposé à cette idée !
En effet, en 1795, la Constitution du 22 août et la loi du 25 octobre sur l’organisation de l’instruction publique mettent en place un Institut national des sciences et des arts, qui regroupe les anciennes académies, sans lien organique entre elles sous l'Ancien Régime.

L’Institut national comprend trois classes : Sciences physiques et mathématiques ; Sciences morales et politiques ; Littérature et beaux-arts. Les scientifiques sont les plus nombreux (60 sur 144 membres).

La première classe est divisée en dix sections (mathématiques, arts mécaniques, astronomie, physique expérimentale, chimie, histoire naturelle et minéralogie, botanique et zoologie, médecine et chirurgie, économie rurale et art vétérinaire).

On voit mal ce que la cuisine vient faire avec les sciences exactes. Mettons-la plutôt avec les arts, où elle a sa place.

Comme quoi on peut être gourmand, spirituel, et penser faux!

mercredi 2 février 2011

Les Cours 2011 sont en ligne


Les deux jours de cours de gastronomie moléculaire (publics, gratuits, non diplomants, sur un thème nouveau chaque année) sont en ligne sur :
http://podcast.agroparistech.fr/users/gastronomiemoleculaire

bon visionnage